Cetamada | Code de bonne conduite pour qui ?
1364
single,single-actualite,postid-1364,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

Code de bonne conduite

Durant la formation d’écovolontaire, nous avons maintes fois discuté d’un code de bonne conduite pour l’observation des mammifères marins. Si au début, nous avions du mal à retenir certains points, croyez-moi quand on a aussi souvent répété, on doit pouvoir le réciter les yeux fermés.

Il s’agit d’une charte issue d’un arrêté interministériel à Madagascar, nécessaire pour une observation responsable des mammifères marins. Si l’on entre plus en détail, ce code précise que la zone de sécurité s’étend à 800 m, tout autour de l’animal, le bateau doit donc ralentir. À 300 m, sa vitesse doit être constante et la zone d’observation s’étend à 200 m pour des adultes ou 100 m pour les mères et baleineaux et 100 m et 50 m pour les dauphins. Durant cette observation, le moteur est bien évidemment au point mort ou éteint.

Il est important à savoir aussi que pour ne pas la perturber, on ne peut approcher la baleine par devant ni derrière, et la navigation se fait toujours en parallèle à la direction de l’animal.

Tout ça est connu, respecté, suivi à la lettre normalement …et bah, non! À mon grand étonnement, certains bateaux touristiques n’appliquent pas du tout ces règles ! Ceux-ci, heureusement d’ailleurs, ne font pas partie de Cétamada. Mais faut-il faire partie d’une association pour savoir respecter les animaux qui nous entourent, surtout si c’est nous qui pénétrons dans leur milieu naturel ?

Je l’ai vu de mes propres yeux. Ça semblait être une sortie comme toutes les autres. Nous étions en observation d’une baleine, quand soudain, 2 bateaux surgissent à pleins gaz, franchissant la zone d’observation, et pour couronner le tout n’éteignent pas leur moteur. Résultat : la baleine change directement de cap. Elle est restée tellement longtemps en apnée que l’on ne l’a aperçue ensuite qu’à presque 500 m du bateau.

Oui, pour le moment, ces gens resteront impunis. Mais, véritablement, l’éducation reste notre meilleur outil. Nous pouvons tous apprendre à mieux nous comporter et en entrainer d’autres à le faire aussi. Et surtout, en tant qu’écovolontaires, nous pouvons aider à faire connaitre le code de bonne conduite à ceux qui ne le connaissent pas.

 

Hasina Haro



Acoustiques
Actualités
Galerie

Ecotourisme

CetaMada

Acoustique

Action