Cetamada | Passion partagée
1365
single,single-actualite,postid-1365,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

Passion partagée

Depuis longtemps, Sonia et Marino voyagent de par le monde pour observer les baleines. Ils ont vu des baleines près de chez eux en Italie, dans la mer Méditerranée : globicéphale, baleine de Riso, petit rorqual (Baleine de Minke) et rorqual commun. Ils ont fait plusieurs voyages : en Norvège où ils ont vu des cachalots et d’un océan à l’autre au Canada, de Terre-Neuve (Atlantique) à l’Ile de Vancouver (Pacifique) où ils avaient passé 2 semaines à observer les orques, en passant par Tadoussac, où ils avaient vu les bélugas, les rorquals et les impressionnantes baleines bleues. Ils sont venus avec leurs enfants à l’Ile Sainte Marie, Madagascar, afin de voir pour la première fois les baleines à bosse, espèce préférée de Sonia, mais qui manquaient à son carnet. « Nous avons vu notre premier saut lors de la traversée vers Sainte Marie et nous avons pensé : quel accueil ! »

Ils avaient beaucoup parlé des baleines à leurs enfants. Ils leur avaient montré des photos, des vidéos et les jeunes avaient tous deux des images dans leurs têtes, mais rien de ce qu’ils auraient pu voir ou imaginer ne les avait préparés à la magnifique réalité qu’ils allaient vivre. Mauricio, jeune adolescent sérieux, s’illumine lorsqu’il parle de sa première sortie. « J’avais déjà vu les baleines à 5 ans, mais ici, c’était ma première vraie fois. J’ai été étonné par le spectacle de la nature, de sa richesse, sa puissance et de ce qu’elle peut faire. Ça nous est complètement étranger, au-delà de notre cadre de référence. Il avait prévu de faire une seule sortie avec sa mère… pour lui faire plaisir. Mais après 3 sorties il en redemandait. »

Sa petite sœur Sophia, 10 ans, a été impressionnée par la beauté et l’élégance des baleines et a ressenti beaucoup de joie et de bonheur en les regardant.

Comme à chaque fois qu’elle prenait le bateau, lors de sa première sortie, elle a eu peur lorsque le bateau tanguait, et elle hésitait à sortir une deuxième fois. Elle a pris son courage à deux mains, mais dès qu’elle a vu les baleines, elle a oublié sa crainte. Elle dit qu’elle n’aura plus jamais peur en mer; les baleines l’ont aidée à vaincre sa peur.

Sonia avait vu des photos et des vidéos des sauts, mais ils ne rendaient pas justice. « Tous les sens sont sollicités, l’odeur de l’eau de mer, la vue qui est remplie de ces géants de la mer et des énormes jets d’eau et surtout les sons, le bruit assourdissant à l’amerrissage. Lors de notre première sortie, nous avons vu et entendu une baleine faire des frappes de caudale à répétition pendant près d’une minute. Puis lors d’une autre sortie, j’ai pu voir la grâce et la douceur, lorsqu’elles roulaient, battaient et frappaient des nageoires pectorales. Je trouve étonnant de chercher les baleines dans le silence lorsque le moteur est coupé, puis de les repérer par le son de leur souffle qui jaillit derrière nous. Et le plus impressionnant était d’entendre leur voix au-dessus de la surface. Jamais je n’aurais cru ça possible ! »

« Francis, notre pilote, m’a appris à voir les baleines sous la surface de l’eau, suivre la tache noire et prévoir leur réapparition à la surface. Et je n’ai jamais eu peur de voir les baleines, même lorsqu’elles sautent près du bateau. »

Marino, le patient papa,  a partagé : « J’ai été très impressionné lorsque j’ai vu un double saut. Et lors de ma première sortie, même si je n’ai vu qu’un seul groupe, j’ai été émerveillé de voir sauter un baleineau : tout son corps sortait complètement hors de l’eau. »

Finalement, au dernier moment de leur dernière sortie, nous avons sorti l’hydrophone pour que la famille puisse entendre chanter des baleines. « J’ai eu de la peine à retenir mes larmes, tellement j’étais touchée. » De dire Sonia. La petite Sophia, elle, aurait voulu leur répondre, les remercier.

La maman est heureuse d’avoir pu partager sa passion avec sa famille et qu’ils puissent entrer avec autant d’enthousiasme dans son jardin secret. « J’étais muette d’admiration devant leur réaction, de voir leur passion se développer dès le premier saut. C’est une expérience que nous portons tous ensembles dans nos cœurs maintenant. »

Toute la famille se demande comment ils pourront faire pour trouver mieux.

Luc St-Laurent



Acoustiques
Actualités
Galerie

Ecotourisme

CetaMada

Acoustique

Action