Cetamada | Capteur Télémétrie
1773
page,page-id-1773,page-template-default,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

Capteur Télémétrie

Suivre les déplacements des baleines à bosse pour mieux comprendre les stratégies de reproduction.

Les habitats des baleines à bosse en période de reproduction sont généralement côtiers et peuvent être soumis à de fortes pressions anthropiques (e.g. trafic maritime, pêche côtière, projets de prospection pétrolière) susceptibles d’en altérer la qualité. La détérioration ou la disparition de ces derniers pourraient, à long terme, impacter la capacité à se reproduire des baleines à bosse. Identifier les habitats qu’elles utilisent et les paramètres environnementaux (e.g. bathymétrie, température, courant) qui peuvent influencer leur présence est essentiel pour assurer une meilleure gestion et une meilleure protection de ces zones clés.

Ainsi dans le cadre du projet BAOBAB (Balises et Acoustique pour les Observations des Baleines à Bosse), l’étude des déplacements des baleines à bosse en période de reproduction et des caractéristiques de leurs habitats de reproduction dans la région de Madagascar a fait l’objet d’une thèse de doctorat menée par Laurène Trudelle ; dirigée par Olivier Adam (Professeur Université Paris 6, NeuroPSI CNRS) et Jean-Benoît Charrassin (Professeur Université Paris 6, LOCEAN, MNHN)

Quelle est la méthode utilisée ?

Pour suivre les déplacements des grandes baleines comme la baleine à bosse sur des grandes distances et pendant une période de temps relativement longue (de plusieurs semaines à plusieurs mois), il est possible d’utiliser des balises Argos. La balise Argos posée sur une baleine émet, grâce à son antenne, des messages reconnus par les satellites qui seront transmis aux utilisateurs via des centres de traitement. Cette balise est déployée soit à l’aide d’une perche, soit à l’aide d’un lance amarre à air comprimé. Les positions transmises par la balise permettent aux scientifiques de suivre en temps quasi-réel les mouvements des baleines taguées.

Malheureusement, une balise Argos ne reste pas très longtemps sur la baleine (en moyenne 20 jours), la balise va ressortir au fur et à mesure du temps comme une écharde que l’on se met dans le pied.

Qu’avons-nous appris ?

Dans la zones du Sud-Ouest de l’Océan Indien, la première pose de balise Argos a été réalisé aux Comores en octobre 2011 par l’association Megaptera. Dans le cadre du projet BAOBAB, des campagnes de pose de balises ont été réalisées à Madagascar (l’île Sainte Marie, 12 balises et Anakao, 12 balises) en 2012 et-2013 en collaboration avec la WCS (Wildlife Conservation Society) et une dernière campagne a été faite en 2014 à Sainte Marie (6 balises). Cette même année (2014), une campagne similaire a été réalisée sur les baleines à bosse à La Réunion dans le cadre du programme de recherche MIROMEN. Les résultats de ces campagnes ont permis de savoir que :

  • Les baleines à bosse se déplacent énormément durant la période de reproduction : pour les cas de l’île Sainte Marie et d’Anakao, elles restent en moyenne 2 jours.
  • Une baleine femelle avec son nouveau-né peut parcourir 100 km en 24h.
  • En début et fin de saison de reproduction, les mâles se déplacent de manière plus directe et exploitent des zones plus au large que les femelles, notamment celles avec baleineau.
  • Au contraire, au pic de la saison de reproduction, les mâles et les femelles effectuent des déplacements plus localisés, ce qui traduit possiblement une recherche de partenaires.
  • Par ailleurs, nous avons également mis en évidence de possibles différences sur les déplacements et les préférences d’habitats, en fonction du statut reproducteur des individus : les couples de femelle-baleineau tendent à sélectionner des habitats plus proches de la côte et de plus faibles profondeurs que les femelles sans baleineau
  • Les baleines de La Réunion et de Mayotte viennent sur les côtes malgaches durant la période de reproduction